FITMASS
Passer au contenu

Alimentation "INTUITIVE", c'est marketing ou ça fonctionne vraiment ?

Ça les amis, c’est le rayon de gâteau d’un supermarché.

Tous les produits qu’il y a sur ces rayons, ont ce qu’on appelle une palatabilité élevée.

💡 C’est ce qui fait qu’on aime les consommer, et qui provoque une sensation de plaisir lorsqu’on les mange.

Du coup, ça pose une question : étant donné qu’on est constamment entouré par ce genre d’aliments, est-ce qu’on peut réellement faire confiance à son instinct ou à son intuition pour s’alimenter ?

Parce que l’intuition, si on en croit la définition du mot,

💡 C’est une forme de connaissance immédiate qui ne recoure pas au raisonnement. Sauf que dans la vie de tous les jours.

On peut dire sans trop de risque que notre intuition est influencée par les événements extérieurs.

Si votre journée se passe mal, il y a de fortes chances pour que votre intuition vous encourage à manger quelque chose à la palatabilité élevée.

Sauf que si vous avez envie d’atteindre des objectifs sérieux, ce n’est probablement pas la meilleure chose à faire.

Est-ce qu’il faut alors choisir entre la contrainte ou la satisfaction instantanée ? On va essayer d’y répondre aujourd’hui.

Bon les amis, je n’ai même pas dit bonjour d’ailleurs. Bonjour à tous ! J’espère que ça va, c’est Nassim.

Aujourd’hui, on va parler de l’alimentation intuitive

On va la mettre en opposition avec les plans diététiques qu’on aurait l’habitude de suivre en musculation.

Un plan diététique qui nous « imposerait » de manger telle chose le matin, de manger telle chose le midi et de manger telle chose le soir.

L’alimentation intuitive, vous êtes peut-être aussi tombés sur l’expression anglaise « intuitive eating », que ce soit sur Instagram, sur les réseaux sociaux sur YouTube ou sur d’autres réseaux sociaux.

Et aujourd’hui, beaucoup d’influenceurs et d’influenceuses mettent en avant l’alimentation intuitive comme solution aux frustrations et aux contraintes que pourrait provoquer un plan diététique bien établie.

Et en soi, ça a du sens, et c’est plutôt une bonne chose que des personnes essayent d’améliorer votre rapport à la nourriture, et en plus de ça, essayent de vous faire progresser plus rapidement.

Sauf que le terme alimentation intuitive, et ce que ça englobe aussi, me dérange un peu. Et ça me dérange pour les raisons suivantes.

Je suis coach, c’est mon métier, et je suis aussi pratiquant de musculation, encore heureux.

Et du coup, mon métier, c’est de vous aider à atteindre vos objectifs physiques principalement.

Donc, si vous avez envie de prendre du muscle et/ou de perdre du gras, vous venez me voir.

Et à partir de là, je vais non seulement prendre en main vos séances d’entraînement, mais aussi votre programme diététique.

Sauf que depuis que j’ai commencé ce métier en février 2011, je me suis très vite aperçu que tout le monde était différent, et qu’il fallait adapter son approche à son client plutôt que de demander au client de s’adapter à mon approche.

Les deux choses sont très différentes.

Donc, en tant que coach, si je veux que mon client ait des résultats, je ne peux pas me permettre de lui imposer des choses qui sont reconnues comme bonnes, si sur lui ça ne fonctionne pas.

Petit exemple concret : Si un client vient me voir, et me dit qu’il a envie de prendre du muscle, et qu’il ne peut s’entraîner que trois fois par semaine, eh bien, moi, je ne vais pas lui imposer de s’entraîner six fois par semaine.

Je vais m’adapter à sa contrainte pour construire le programme d’entraînement le plus efficace possible avec trois séances par semaine.

Ça, ça me paraît logique. Mais pour la diète, c’est exactement la même chose.

Si j’ai un client qui ne peut ou n’a envie de manger que deux fois par jour, je ne vais pas lui imposer de manger quatre fois par jour, parce que ça serait plus efficace.

Non, le coach doit s’adapter aux contraintes du client pour construire le programme d’entraînement et le programme diététique le plus efficace en fonction des contraintes de la personne.

Et donc, c’est là où l’idée d’alimentation intuitive me dérange un petit peu.

Parce que maintenant, de plus en plus, lorsqu’on a envie de suivre un plan diététique bien déterminé, bien défini, avec tel aliment, telle quantité, à tel moment, eh bien, on peut avoir des influenceurs, des influenceuses, des coachs homme ou femme, déconseillant cette approche au profit d’une alimentation intuitive, sous prétexte que l’être humain n’est pas fait pour suivre des plans diététiques, et que son instinct est très efficace pour prendre les meilleures décisions possibles niveau alimentation.

Sauf que c’est tout simplement faux.

Vous savez, je ne suis pas psychologue, mais j’ai coaché plusieurs centaines de personnes depuis que j’ai commencé ce métier et puis plusieurs milliers de personnes ont suivi mes programmes de musculation.

Et j’ai eu tous les profils différents :

Des personnes qui pouvaient s’entraîner beaucoup, d’autres très peu, des personnes qui mangeaient beaucoup, d’autres très peu, des personnes qui ne pouvaient absolument pas se passer d’aliments à la palatabilité élevée.

Et au contraire, d’autres personnes qui arrivaient parfaitement à s’alimenter uniquement avec des produits bruts, et qui n’avait jamais envie de manger des aliments très sucrés, très gras ou les deux en même temps.

Et ce qui se passe, c’est que si les personnes un peu « gourmandes » qui, en allant aux supermarchés, n’ont qu’une seule envie, c’est de prendre un paquet de brioches ou une tablette de chocolat ou un pot de glace ou je ne sais quels autres aliments à haute palatabilité, eh bien, à ce genre de personne, jamais je ne vais leur conseiller de s’alimenter intuitivement.

Parce que pour eux, leur intuition serait de consommer des choses qui les réconfortent un petit peu.

Et c’est le but de ces aliments, c’est de provoquer une satisfaction instantanée.

Et ces personnes-là ne sont pas faibles d’esprit, mais ont juste une sensibilité différente d’autres individus.

Et à eux, on ne peut pas leur conseiller une alimentation intuitive.

💡 Le but de l’alimentation intuitive, c’est « d’écouter son corps, d’écouter les besoins de son corps ».

Sauf que, moi, des fois mon corps, il me dit n’importe quoi.

Après une journée de boulot épuisant, quand je n’ai pas le moral, quand la météo est mauvaise, mon intuition me dit : « va manger un truc sucré, ça va te réconforter, et tu iras mieux après ».

Sauf que dans ces cas-là, je ne sais pas si c’est une bonne idée d’écouter son intuition.

Alors, les personnes qui mettent en avant l’alimentation intuitive vont vous dire que ce n’est pas grave de manger un petit peu de sucre si jamais tu n’as pas le moral, eh bien, peut-être qu’effectivement, ton organisme et ton cerveau avaient besoin de ce type d’aliment.

Et c’est là où je ne suis, encore une fois, pas du tout d’accord.

L’alimentation intuitive ne doit pas être une excuse pour manger tout et n’importe quoi.

Au gré de ses humeurs, tout comme ça ne doit pas être considéré comme un mode de fonctionnement supérieur par rapport au plan diététique.

Des plans qui seraient effectivement plus contraignants, mais jusqu’à preuve du contraire, on n’a jamais atteint des objectifs ambitieux sans un minimum de contraintes.

Et puis j’ai comme l’impression que l’alimentation intuitive, c’est devenu une espèce de prétexte pour les personnes qui font effectivement du sport, et en l’occurrence, des fois même, de la musculation, mais qui aimeraient se dissocier un petit peu de l’image bodybuilding et contrainte, sacrifice, souffrance.

Ce que je peux comprendre, après tout c’est un outil de marketing assez puissant de dire :

« Je m’alimente au gré de mes émotions, je n’ai ni contrainte ni obligation vis-à-vis de mon plan diététique. Et je suis très heureux ou heureuse en fonctionnement de cette façon. »

Et c’est peut-être vrai.

Ceci dit, c’est un peu dangereux de prétendre que tout le monde devrait fonctionner comme ça, et que c’est la seule façon de développer un rapport sain avec la nourriture.

Au final, je n’ai absolument rien contre l’idée d’alimentation intuitive.

Je trouve même que c’est un concept très intéressant auquel à un moment ou un autre de notre vie, on devrait presque tous aspirer en fin de compte.

Sauf qu’on a tous une expérience différente, une sensibilité différente, qui fait qu’on va être plus ou moins réceptifs à telle ou telle façon de s’alimenter. Moi, personnellement, c’est mon caractère qui veut ça.

J’aime les chiffres, j’aime les choses carrées, j’aime pouvoir quantifier un maximum de choses.

Et je sais que beaucoup de vous sont comme moi également. On aime que nos entraînements soient bien structurés avec toutes les variables bien établies. On aime avoir un plan diététique avec tel nombre de calories, telle quantité de macronutriments.

J’aime bien pouvoir traquer mes activités, traquer mon sommeil.

Je sais que ça ne va pas me rendre forcément supérieur, et dans certains cas, ça ne va même pas m’aider à progresser plus rapidement, mais c’est quelque chose qui me plaît. Et à partir de là, je pense que le plus important, c’est de faire quelque chose avec lequel on est le plus à l’aise possible.

Moralité, ne vous obligez pas à adhérer à une alimentation intuitive, parce que c’est tendance sur Instagram.

💡 Je vous conseillerais plutôt de tester un maximum de formats différents, et de voir avec lequel vous seriez le plus réceptif.

Avec lequel de ces formats vous arrivez à progresser le plus rapidement possible, et avec lequel de ces formats vous développez un minimum de frustration.

Que vous ayez besoin de traquer la moindre calorie ou qu’au contraire, vous décidez de vous alimenter au gré de vos émotions, je pense qu’il y a clairement une solution pour tout le monde.

OK les amis, c’est la fin de cet article, dites-moi ce que vous pensez de l’alimentation intuitive.

On se retrouve plus tard dans la semaine pour un nouvel article. À plus les amis !

Accès illimité et immédiat

à ton programme

14 jours satisfait ou remboursé

pour une satisfaction maximale

Paiement 100% sécurisé

Amex, Apple Pay, Visa et Mastercard