FITMASS
Passer au contenu

BPJEPS, une bonne idée ?

Ce n’est pas le genre de truc que j’ai l’habitude de faire, d’ailleurs, c’est le genre de truc que je ne fais jamais.

Mais aujourd’hui, il fallait que je vide un petit peu mon sac sur des sujets qui commencent à me titiller un petit peu et ça serait cool d’avoir votre avis en même temps.

Donc, ce n’est pas le genre d’articles où vous allez apprendre des trucs sur la musculation, mais mine de rien, je pense que ça peut quand même vous intéresser.

Alors, aujourd’hui, ça va être simple, on va parler des personnes qui coachent sans avoir de diplôme, des personnes qui coachent avec un diplôme, des organismes de formation et de jeunesses et sports. Enfin bon vous avez compris.

Parlons des coachs

Et tous ces groupes de personnes là ont une responsabilité dans le problème que je vais soulever.

Et ce coup de gueule, il a commencé comme ça :

Moi, je suis diplômé d’un BPJEPS AGFF depuis février 2011. Donc, j’ai commencé ma formation en septembre 2009, je l’ai validée en février 2011, ça a duré 18 mois. Et ces derniers mois, voire même ces dernières années, on voit l’émergence de personnes qui se permettent de faire du coaching en musculation ou même en diététique sans avoir aucun diplôme.

Et ce n’est même pas contre ce groupe de personnes le coup de gueule. Et je vais vous expliquer pourquoi.

Lorsque ces personnes qui coachent sans diplôme sont confrontées au fait qu’elles n’ont pas de diplôme, elles se justifient toujours de la même façon :

« Le diplôme ne fait pas les connaissances. »

Et dans un sens, elles ont raison.

Le diplôme ne fait pas les connaissances.

Et si on voit autant de personnes se permettre de faire du coaching personnalisé en musculation et en diète, sans diplôme, c’est qu’il faut dire ce qui est, il y a une énorme quantité de personnes diplômées qui n’y connaissent absolument rien, que ce soit en musculation ou en diététique.

Pourquoi des personnes s’embêteraient à passer un diplôme d’éducateur sportif qui coûte plus de 5 000 euros, qui vous handicape pendant une année alors que les personnes diplômées ne sont pas vraiment des exemples.

Attention, je généralise. Il y a beaucoup d’excellents coachs. Mais certains feraient mieux de retourner en formation.

Pourquoi ces personnes s’embêteraient à passer un diplôme alors que les diplômés ne sont pas forcément des exemples de connaissances. Et là vous vous dites :

« Mais qu’est-ce qui se passe ? Nassim, il est en train de pousser un coup de gueule contre ses confrères diplômés d’un BPJEPS ? »

Absolument pas ! Et même si comme je l’ai dit au début de l’article, tous les groupes de personnes ont une part de responsabilité, pour moi ce n’est ni la faute des personnes qui se permettent de coacher sans diplôme ni la faute des personnes qui ont passé un BPJEPS.

Pour moi, la faute revient à deux groupes de personnes.

Les organismes de formation et Jeunesses et Sports.

OK, là je m’attaque à un gros poisson.

Mais il y a un moment, il faut dire les choses comme elles sont.

Pour passer un diplôme d’éducateur sportif, vous avez deux solutions :

  • Le DUSTmétier de la forme que vous passez à l’université. Et ça, il est hors de cause parce que je ne m’y connais pas beaucoup dans ce diplôme, je ne sais pas vraiment parce qu’il implique.
  • La deuxième solution, c’est de passer un BPJEPS AF dans un organisme de formation privée, c’est ce que j’ai fait

J’ai passé une formation qui a duré 18 mois et qui m’a coûté 5 200 euros.

Cette formation est censée être supervisée par Jeunesse et Sports.

💡 Jeunesses et Sports est censé donner des directives aux organismes de formation pour que ces organismes de formation soient capables de délivrer un diplôme qui répond aux contraintes de l’éducateur sportif.

Donc, savoir créer des programmes. Savoir encadrer des pratiquants en toute sécurité. Normalement, il y a aussi des notions de diététique dans un BPJEPS AF, etc.

Et le problème, c’est que certains organismes de formation se permettent de facturer plus de 5 000 euros aux élèves et en échange de leur proposer un contenu qui est tout simplement médiocre. Je ne vais pas généraliser en disant que c’est la majorité même si je le pense très fort.

Attention, 5 000 euros, c’est juste pour le BPJEPS. Je ne parle pas des pré-certifications, des pré-qualifications et toutes ces conneries qui coûtent aussi de l’argent.

Et du coup, qu’est-ce qui se passe ?

On a des élèves qui sont effectivement délestés de 5 000 euros. Mais en échange, ils ont eu un contenu de formation totalement médiocre. Et à la fin, effectivement ils sont diplômés. Mais sur le terrain on se rend compte que ce ne sont pas des coachs très compétents. Et à moins qu’ils aient fait un travail personnel de leur côté pour essayer de combler un petit peu les lacunes de la formation, on se retrouve avec des coachs qui ne sont pas vraiment à la hauteur du métier.

“Bon, il est bien gentil Nassim, mais sur quoi il se base pour affirmer ça ?”

Patience ça arrive !

Mes arguments

Déjà, je me base sur ma formation personnelle qui, honnêtement pour moi, était à jeter à la poubelle.

J’ai eu deux formateurs extrêmement compétents, mais malheureusement, pas sur toute la durée de la formation.

Ce sont des formateurs que j’ai eus 4 mois, et 4 mois sur une durée de 18 mois parmi une douzaine de formateurs. Donc, ça fait quand même léger.

Deuxièmement, il faut savoir que depuis fin 2010, je suis aussi tuteur. C’est-à-dire que je prends en charge des stagiaires en BPJEPS qui sont dans un organisme de formation, mais qui font aussi un stage dans ma salle de sport à Vo2max.

Et du coup, j’ai l’occasion de les suivre sur toute la durée de la formation. Donc forcément, ils me font un petit compte rendu de ce qu’ils entendent et font en cours. Et c’est juste une catastrophe !

C’est à dormir debout ce qu’on peut encore leur apprendre. Et on entend des trucs, je cite :

« Faire du cardio à jeun, c’est la meilleure chose pour perdre du gras. Faire des séries de 20, c’est uniquement destiné à l’endurance. Pour éviter le catabolisme musculaire, il faut à tout prix prendre 20 grammes de protéines avant l’entraînement et 20 grammes de protéines après l’entraînement. Pour éviter le catabolisme musculaire, il faut à tout prix prendre 10 grammes de BCAA au réveil »

J’en passe et des meilleurs. Des trucs qu’on ne peut pas se permettre d’apprendre à des éducateurs sportifs. Non seulement parce que ce sont des choses fausses, mais en plus parce qu’ils continuent à perpétuer des idées reçues qui sont mauvaises pour le sport et l’activité d’éducateur sportif.

Comment est-ce qu’on en est arrivé là ?

J’ai ma petite hypothèse sur la question.

Dites-vous bien que les organismes de formation privés, c’est une entreprise comme une autre. Donc le but, c’est un peu de faire rentrer de l’argent. Et chaque organisme propose une voire deux formations par an. À raison de 20, 25 élèves, 5 000 euros par tête, ça peut monter très vite. Le souci, c’est qu’en général les économies sont faites sur les formateurs.

Les formateurs sont payés une misère, vu qu’ils sont payés une misère, ils ne prennent pas au sérieux leur boulot. Ils proposent un contenu de formation qui est médiocre et à la fin, on se retrouve avec des diplômés qui ne valent pas un clou. Et le souci, c’est que maintenant la profession d’éducateur sportif n’est plus prise au sérieux. À tel point qu’il y a des personnes qui se permettent justement de proposer des services de coaching en musculation et en diététique alors qu’elles n’ont pas de diplôme. Et à juste titre parce que si vous dépensez 5 000 euros pour avoir un contenu médiocre, ça ne sert pas à grand-chose.

Alors, la solution c’est quoi ?

Premièrement, et je sais qu’il y a beaucoup d’étudiants en BPJEPS qui me suivent et ce conseil s’adresse à vous :

Faites-vous respecter par votre organisme de formation.

Vous leur lâchez 5000 euros, l’organisme se tient de vous proposer un contenu de formation digne de ce nom.

Vos formateurs, doivent pouvoir s’expliquer. Ils doivent pouvoir argumenter, vous faire comprendre ce qu’ils racontent en cours.

Si jamais vous avez un petit doute sur quelque chose ou que vous avez lu le contraire de ce que votre formateur vous raconte, demandez-lui de s’expliquer. C’est son boulot.

C’est son boulot de prof de dissiper les malentendus, les interrogations, les doutes. Donc, faites-le bosser et demandez-lui des comptes. Il est là pour ça.

Deuxièmement, peut-être que ça se sera jamais entendu par personne, mais Jeunesse et Sports, bougez-vous les fesses !

Vous ne pouvez pas continuer à laisser des organismes de formation proposer du contenu aussi médiocre à des élèves qui, des fois, font des prêts pour payer une formation, qui investissent du temps et de l’argent dans du contenu qui n’est pas à la hauteur.

Donc, Jeunesses et Sports, vous avez une part de responsabilité. Bougez-vous. Faites en sorte que les règles soient respectées, que le contenu du diplôme soit respecté et soit de qualité pour qu’enfin les éducateurs sportifs soient pris au sérieux.

Le mot de la fin

Et pour finir, je tiens quand même à dire qu’il y a certains organismes de formation qui sont très bons. D’ailleurs on les remercie pour leur excellent travail.

Mais malheureusement, force est de constater que pour l’instant, c’est plutôt l’exception que la règle. Donc, espérons que dans les prochains mois ou dans les prochaines années, Jeunesses et Sports se réveillent et commencent à serrer la vis en imposant une certaine qualité aux organismes de formation privés.

Et voilà, c’était mon petit coup de gueule de la semaine ! Ça arrive des fois d’être un petit peu énervé.

Je pense toujours que le BPJEPS est un bon diplôme, mais que malheureusement on a de mauvais organismes de formation et de mauvais formateurs. Et si jamais vous décidez de passer un BPJEPS, faites bien vos recherches, demandez des comptes aux organismes de formation.

Il faut qu’ils puissent vous proposer un contenu efficace qui vous permettra d’être un bon coach.

Cet article un petit peu différent est maintenant terminé ! J’espère que ça vous a plu.

Donnez-moi votre avis dans les commentaires, surtout si vous êtes en BPJEPS.

Accès illimité et immédiat

à ton programme

14 jours satisfait ou remboursé

pour une satisfaction maximale

Paiement 100% sécurisé

Amex, Apple Pay, Visa et Mastercard