FITMASS
Passer au contenu

Jeûne intermittent

Bonjour à tous les amis, j’espère que vous allez bien !

Aujourd’hui, on va parler du jeûne intermittent.

Je pense que la période est propice pour perdre un petit peu de poids, mais vous allez voir que ce n’est pas juste destiné à la perte de poids.

On va essayer de rentrer un petit peu plus en détail, pour savoir quel type de jeûne utiliser, et pour qui ça s’adresse.

Le jeûne intermittent c’est quand même un vaste sujet, et aujourd’hui, on va surtout s’intéresser à l’aspect pratique, et pas vraiment à la théorie du pourquoi et du comment ce serait bon pour la santé…

Pour ça, vous tapez jeûne intermittent sur Google, vous allez tomber sur toutes les études scientifiques qui montrent qu’une restriction calorique (pas forcément un jeûne intermittent), vous permettrait d’augmenter votre espérance de vie, de réduire les risques de cancer, de diabète, d’améliorer votre sensibilité à l’insuline, etc.

Qu’est-ce que le jeûne intermittent ?

Et vous avez vu que j’ai utilisé la formule “restriction calorique”, parce que le jeûne intermittent ce n’est ni plus ni moins qu’un type de restriction calorique.

Je n’ai jamais vu quelqu’un utiliser du jeûne intermittent en excédent calorique.

Et c’est pour ça que ça marche ! Parce que vous allez réduire les calories.

Au risque de m’attirer les foudres des partisans du jeûne intermittent, si ça fonctionne, c’est parce que vous aurez plus de facilité à réduire vos calories.

Et du coup, si vous réduisez vos calories, qu’est-ce qu’il se passe ?

Vous perdez du poids.

À qui s’adresse le jeûne intermittent ?

Il s’adresse aux personnes qui voudraient mieux contrôler leur composition corporelle.

Ce n’est pas forcément uniquement destiné aux personnes qui aimeraient maigrir.

C’est aussi destiné aux personnes qui aimeraient maintenir un certain poids, une certaine forme, sans trop se casser la tête avec ces histoires de restrictions caloriques.

Si vous avez du mal à prendre du poids, ne faites pas du jeûne intermittent.

Je pense que c’est logique, mais ça mérite d’être précisé.

Si vous faites partie des personnes qui ont du mal à gérer une diète avec un schéma « normal », c’est-à-dire, 3 ou 4 repas par jours, peut-être que le jeûne intermittent est fait pour vous.

  • En pratiquant le jeûne intermittent, vous allez limiter le nombre de repas.
  • En limitant le nombre de repas, vous allez potentiellement limiter votre apport calorique.
  • Donc, plus de facilité à être en déficit calorique, plus de facilité à perdre du poids.

Le problème c’est qu’on est tous différents et certaines personnes ne peuvent pas supporter le fait de rester sans manger pendant 14, 16, 18 ou même 20 heures.

Alors que pour d’autres personnes, ça pose beaucoup moins de problèmes.

Et le fait de se dire, à la fin de la journée ou au début de la journée :

« Je peux m’octroyer un repas énorme, un repas qui fait 1000 ou 1200 calories »…

Ça peut permettre de mieux faire passer la pilule d’une restriction calorique et d’un régime.

Conclusion

Le tout est d’identifier vos besoins, vos points forts, vos points faibles face à la restriction calorique.

Si jamais rester sans manger pendant 14 ou 16 heures, ça vous rend dingue et que vous avez envie de sauter sur tout ce qui bouge, peut-être que le jeûne intermittent n’est pas fait pour vous.

Mais si, au contraire, rester sans manger pendant 14 , 16 ou 18 heures ça vous calme et, du coup, vous réussissez à oublier la nourriture, que ça ne vous obsède plus, peut-être que, dans ce cas-là, le jeûne intermittent peut être une excellente méthode si jamais votre but c’est de contrôler votre composition corporelle, ou même, de perdre du gras.

Comment bien pratiquer le jeûne intermittent ?

Vous avez deux types de jeûnes intermittents :

  1. Le jeûne quotidien que vous allez faire tous les jours,
  2. Le jeûne occasionnel que vous ferez une ou deux fois par semaine.

Le jeûne quotidien

Le jeûne quotidien consiste à limiter la durée pendant laquelle vous avez le droit de vous alimenter.

Par exemple, 16 heures de jeûne, 8 heures d’alimentation.

Je prends 16 et 8 parce que c’est un schéma assez classique qu’on rencontre assez souvent.

Ça consiste à s’arrêter de manger, par exemple, à 22 heures le soir et ne recommencer à manger que le lendemain à 14 heures.

Entre 22 heures et 14 heures, 16 heures de jeûne.

Et puis, après, vous commencez votre premier repas à 14 heures et vous mangez jusqu’à 22 heures le soir.

Donc, 8 heures d’alimentation.

Attention, c’est purement indicatif, vous n’êtes pas obligés de vous arrêter à 22 heures.

Vous pouvez vous arrêter plus tôt, vous pouvez vous arrêter plus tard.

La fourchette que vous allez utiliser est propre à vous.

Vous n’êtes pas obligés de faire du 16 – 8, vous pouvez très bien faire du 18 – 6, du 20 – 4.

Encore une fois, c’est à vous de choisir.

Vous pouvez même y aller progressivement pour justement que ça s’accorde à votre mode de vie et à votre total calorique…

Tout ce qu’il vous reste à faire c’est d’organiser votre apport calorique par rapport à la durée que vous vous êtes fixée.

Au lieu de faire comme un schéma classique et de diviser votre apport calorique journalier en 3 ou 4 repas, vous choisissez du 16 – 8 et vous allez diviser votre apport calorique en 2 repas :

  1. un premier repas que vous pourriez faire à 14 heures,
  2. un deuxième repas que vous pourriez faire à 20 heures.

Encore, une fois ce ne sont juste que des exemples.

Vous pouvez choisir la fourchette qui vous intéresse et le nombre de repas qui vous intéresse, ça ne tient qu’à vous.

Et le fait de diviser votre apport calorique en deux repas, qu’est-ce que ça change ?

Vous aurez de plus gros repas, forcément, et ils seront potentiellement plus satisfaisants.

S’ils sont plus satisfaisants, vous aurez potentiellement plus de faciliter à tenir sur la longueur et, forcément, d’avoir de meilleurs résultats.

Voilà pourquoi le jeûne intermittent peut être un protocole intéressant à tester.

Le jeûne occasionnel

Le deuxième type de jeûne, c’est le jeûne occasionnel que vous ferez une ou deux fois par semaine, et c’est un peu différent du point de vue de l’organisation.

Pendant une grande partie de la semaine, vous n’allez rien changer à vos habitudes.

Vous allez faire vos habituels 3 ou repas par jour, mais vous allez choisir 1 ou 2 jours, dans la semaine, où vous allez jeûner pendant une plus grande période, généralement entre 24 et 36 heures.

Pendant ce laps de temps, vous ne mangez rien.

La seule chose qui est permise ce sont les liquides, et je ne sais pas si le café et le thé sont permis.

S’il y a des pratiquants qui connaissent la réponse, n’hésitez pas à me le dire dans les commentaires. Je sais que l’eau est permise, mais les autres boissons j’aimerais bien avoir votre avis.

Vous pouvez par exemple vous arrêtez de manger le vendredi soir à 22 heures et vous ne recommencez à manger que le samedi soir à 22 heures.

Ou alors un peu plus hardcore, vous vous arrêtez de manger le vendredi soir à 22 heures, vous ne recommencez à manger que le dimanche matin à 10 heures du matin…

Donc, soit 24 heures, soit 36 heures de jeûne continu.

C’est le même principe que le jeûne quotidien, le but c’est de réduire votre apport calorique :

  • Le jeûne quotidien vous permettra de plus facilement réduire votre apport calorique de jour en jour
  • Et le jeûne occasionnel vous permettre de plus facilement réduire votre apport calorique sur la semaine.

Peu importe que vous choisissiez l’un ou l’autre…

Encore une fois, le choix de la technique sera en accord avec votre sensibilité, vos goûts, vos points forts, vos points faibles.

Est-ce que vous êtes capable de tenir 24 heures non-stop sans rien manger ?

Est-ce que vous êtes capable de tenir 36 heures non-stop sans rien manger ?

Si la réponse est oui, alors foncez, testez parce que ça pourrait effectivement vous permettre de mieux réduire votre apport calorique et de plus facilement perdre du poids.

Est-ce qu’on peut prendre du muscle en pratiquant le jeûne intermittent ?

La réponse est oui.

Tout est possible de toute façon, et je vous ai déjà expliqué que vous pouvez prendre du muscle en déficit calorique.

Le souci, c’est que ce n’est absolument pas optimal.

Et de toute façon, ça dépend de plusieurs facteurs :

  • ça dépend de votre poids,
  • ça dépend de votre total calorique,
  • ça dépend de votre expérience en salle de sport.

Mais dites-vous bien que pour prendre du muscle, il vous faut une balance azotée positive, donc une certaine quantité de protéines et une certaine quantité de calories.

Mais, il faut aussi être capable d’appliquer un stress de plus en plus intense à la salle de sport avec des entraînements « intensifs ».

Le problème c’est que si vous êtes en restriction calorique, et qu’en plus vous allez à la salle de sport à jeun, il y a de fortes chances pour que vous n’ayez pas l’énergie nécessaire sur le long terme pour avoir des performances qui augmentent.

Mais ce n’est pas valable pour tout le monde…

Si vous êtes débutant, vous aurez plus de facilité à prendre du muscle, que vous soyez en jeûne intermittent ou pas, que vous soyez en déficit calorique ou pas.

Mais pour quelqu’un qui a plus d’expériences, ce n’est probablement pas le meilleur protocole à utiliser.

Dites-vous bien que prendre du muscle c’est difficile, même en excédent calorique, même quand toutes les conditions sont réunies.

Alors, n’allez pas vous mettre des obstacles supplémentaires pour la prise de muscle.

Le jeûne intermittent, pour moi, c’est hyper intéressant pour contrôler sa composition corporelle, donc, pour éviter de prendre du gras ou pour perdre du gras.

Par contre, si vous voulez prendre du poids et/ou prendre du muscle, peut-être qu’il vaudrait mieux se diriger vers d’autres protocoles.

En clair, le jeûne intermittent ça n’a rien de magique.

C’est uniquement de la restriction calorique, mais c’est un outil de plus pour les personnes qui auraient du mal avec d’autres types de protocoles…

Et c’est pareil pour absolument toutes les diètes : c’est de la restriction calorique.

C’est juste que certaines personnes vont avoir plus de facilité à adhérer à une restriction calorique plutôt qu’à une autre.

Moi, le régime cétogène, c’est négatif.

Le jeûne intermittent, par contre, ça m’intéresse un peu plus.

C’est plus adapté à mon mode de vie et je pense que c’est quelque chose qui pourrait m’intéresser ou que je pourrais pratiquer sur le court terme, le moyen terme ou même, peut-être, le long terme.

Le mot de la fin

Donc, essayez de garder le maximum de recul et d’objectivité sur tous ces protocoles.

Il n’y en a pas un qui est supérieur à un autre.

Tant qu’il y a restriction calorique, vous aurez des résultats, peu importe que vous utilisiez le jeûne intermittent, régime cétogène ou je ne sais quel autre régime…

C’est de la restriction calorique avant toute chose !

Choisissez ce qui vous plaît le plus, et vous aurez d’excellents résultats !

Accès illimité et immédiat

à ton programme

14 jours satisfait ou remboursé

pour une satisfaction maximale

Paiement 100% sécurisé

Amex, Apple Pay, Visa et Mastercard