FITMASS
Passer au contenu

La sieste, ça sert à quelque chose ?

Salut à tous !

Ici Nassim, j’espère que vous allez bien.

Aujourd’hui, vous l’avez vu dans le titre, on va parler de la sieste.

Mais pas juste de la sieste et des performances physiques, donc si vous tombez sur cet article et que vous ne faites pas de musculation, restez quand même, parce que le sujet peut vous intéresser.

Mais par contre, mettez-vous quand même à la musculation, parce que c’est plutôt cool.

On va aussi bien parler des performances physiques et cognitives, mais aussi des effets sur la santé d’une sieste ou d’une absence de sieste. Parce que la sieste dans certains pays, en l’occurrence les pays chauds où les températures sont très élevées, lorsque le soleil est au zénith, c’est un véritable art de vivre dans ces pays-là.

Ils se mettent littéralement en pause pendant quelques heures pour se reposer.

Mais alors, est-ce que c’est bon ou mauvais de faire une sieste ? Et si c’est bon, combien de temps ça doit durer dans l’idéal ?

Avant de se demander combien de temps doit durer une sieste et quand est-ce qu’il faut la faire, il faut savoir si c’est réellement bon pour la santé.

Parce qu’en soi, la sieste aujourd’hui n’a pas forcément une très bonne réputation.

Ou en tout cas, avec le mode de vie qu’ont beaucoup de travailleurs, de travailleuses, d’étudiants et d’étudiantes, c’est presque impossible de trouver le temps de faire une sieste qualitative ou en tout cas, c’est très difficile.

De ce fait, étant donné que c’est difficile, on ne se pose même plus la question des bienfaits ou des méfaits.

Scientifiquement, pourtant, c’est quelque chose qui a été pas mal étudié.

On a quelques ressources sur lesquelles se reposer pour déterminer si oui ou non cette pratique doit être intégrée à son mode de vie.

Et même dans la communauté scientifique, les avis et les résultats de certaines études sont quand même assez partagés.

Je vous ai sélectionné une étude très récente qui, justement, est très intéressante. C’est une méta-analyse qui a été publiée le 10 août 2020.

En plus d’être récente, cette méta-analyse, même si forcément elle a quelques limitations, reste hyper complète.

❓ Si vous vous demandez quelle est la différence entre une étude scientifique et une méta-analyse, voici une explication : une méta-analyse, c’est le regroupement de plusieurs études scientifiques qui traitent d’un sujet similaire et qui remplissent certaines conditions.

Le but de la méta-analyse est de réunir bien plus de données pour être en mesure de tirer des conclusions plus précises par rapport à une problématique.

Dans cette étude, plus de 300 000 participants ont été inclus à l’analyse des résultats.

En termes d’échantillons, on ne peut pas dire qu’on manque de sujets.

Et la conclusion est assez intéressante puisqu’il semblerait que les longues siestes soient effectivement associées à une augmentation des maladies cardiovasculaires et de la mortalité en général.

En termes de durée dans cette méta-analyse en tout cas, il y a en fait une diminution des risques de maladies cardiovasculaires lorsque les patients font des siestes d’environ 25 minutes, mais les risques explosent lorsque la sieste devient plus longue.

Ainsi, voilà la conclusion de cette étude, je vous la traduis mot pour mot : « Les longues siestes sont associées à des risques accrus d’accidents cardiovasculaires et de mortalité, toutes causes confondues. Cependant, des études à plus grande échelle et des analyses génétiques doivent confirmer ces résultats et étudier les mécanismes sous-jacents à l’origine de ces associations. »

Pour l’instant, si on se fie à ces résultats, on peut déterminer que d’un point de vue santé, ce n’est pas une super bonne idée de faire des siestes trop longues.

Selon moi, la durée de 25 minutes ne doit pas être prise au pied de la lettre, puisque ça dépend forcément de la durée de votre nuit de sommeil. Mais en tout cas, c’est une « bonne base de travail ».

J’ai une autre étude à vous partager et celle-là étudie fréquences par semaine des siestes.

Encore une fois, on a une étude assez complète, puisque menée sur 3 500 personnes pendant plus de 5 ans.

Résultat, les personnes qui ne faisaient des siestes qu’une à deux fois par semaine avaient moins de chances de développer des maladies cardiovasculaires.

Alors que chez les personnes qui faisaient des siestes six à sept fois par semaine, aucun effet positif n’a été observé.

Conclusion, pour cette étude en tout cas, faire des siestes trop fréquemment n’est pas forcément une très bonne idée.

Cependant, c’est recommandé de temps en temps.

Alors là, niveau santé en tout cas, on a des recommandations assez précises et assez facilement applicables.

Mais niveau cognitif et performance, est-ce qu’on a des ressources intéressantes à étudier ?

Heureusement, oui.

On a une étude de septembre 2019 qui s’intéresse à ces questions-là.

Cette fois-ci, deux tests ont été menés : un premier test cognitif et un second test physique.

Résultat, les performances cognitives et physiques des participants étaient meilleures lorsque les siestes se rapprochaient de 45 minutes.

En fait, plusieurs durées ont été comparées, donc il y avait :

  • aucune siestes
  • 15 minutes de siestes
  • 30 minutes de siestes
  • et 45 minutes de siestes.

Résultat : 45 minutes de siestes permettraient d’être plus attentif et plus performant physiquement.

Comment interpréter ces résultats puisqu’on a une méta-analyse qui nous parle de 25 minutes de sieste pour un maximum de bienfaits pour la santé cardiovasculaire, mais d’un autre côté on a une étude qui nous parle de sieste de 45 minutes pour être le plus performant possible aussi bien mentalement que physiquement.

Vous imaginez bien que de toute façon, on n’est pas à la minute près, et c’est plutôt une tendance qu’il faut observer.

La durée de la sieste, comme je l’ai dit avant est aussi dépendante de la durée de votre nuit de sommeil.

Sur le long terme, je pense qu’il est plus intéressant de se fixer des siestes dont la durée oscillerait entre 20 et 40 minutes, en fonction de la durée et la qualité de votre nuit précédente.

Ce qui est sûr, c’est que dans des « conditions normales », il n’y a pas grand-chose qui pourrait justifier des siestes de deux heures par exemple.

C’est peut-être envisageable si vous avez fait une nuit très courte. Mais sinon, ça risque d’être plus mauvais pour votre santé qu’autre chose.

Par contre, je parle d’une durée de 20 à 40 minutes, mais les siestes plus courtes, c’est-à-dire entre 10 et 20 minutes peuvent aussi être intéressantes, surtout d’un point de vue attention et cognitif, même si vous avez une nuit complète et qualitative.

Et c’est quelque chose de particulièrement adapté aux personnes à l’emploi du temps très chargé.

Il ne faut pas imaginer qu’une sieste rime forcément avec canapé ou lit.

Vous pouvez faire une sieste en position assise et dans un endroit calme, après votre déjeuner par exemple.

Ça vous permettrait de pouvoir assumer une après-midi de travail et peut-être une séance de musculation en fin de journée.

Forcément, vous imaginez bien qu’une sieste ne se fait pas à 18 heures, à part si vous avez un rythme complètement décalé et que vous travaillez de nuit, ce n’est probablement pas une bonne idée de se reposer aussi tard.

Le « meilleur moment », ce serait après le déjeuner, le moment où on ressent assez souvent un coup de fatigue.

Donc, si les conditions sont réunies, n’hésitez pas à essayer de vous endormir quelques minutes.

Évidemment comme n’importe quoi d’autre, c’est quelque chose qui demande de l’entraînement et de l’organisation.

Ainsi, ne soyez pas frustré de ne pas arriver à vous endormir rapidement pour une sieste qui doit durer 20 minutes.

Avec le temps et « l’entraînement », vous aurez plus de facilité à faire le vide et tomber dans un état de relaxation assez rapidement.

Le mot de la fin

Maintenant, à vous de me dire dans les commentaires, quelles sont vos habitudes par rapport à la sieste.

Si vous avez l’habitude d’en faire ou au contraire, si c’est impossible à cause de votre emploi du temps.

Personnellement, j’ai la chance ici d’avoir les conditions réunies pour me reposer en milieu de journée. Alors, ça m’arrive de faire une sieste peut-être deux ou trois fois par semaine à raison d’une grosse demi-heure. Bien sûr, ça varie en fonction de ce que j’ai à faire dans la journée.

Voilà les amis, c’est la fin de cet article.

J’espère que vous en avez appris un petit peu plus sur la sieste, et que les références que je vous ai partagées vous aideront à faire les choix les plus cohérents possibles.

Dites-moi ce que vous en pensez dans les commentaires, et nous on se retrouve pour la prochain article.

À plus les amis !

Accès illimité et immédiat

à ton programme

14 jours satisfait ou remboursé

pour une satisfaction maximale

Paiement 100% sécurisé

Amex, Apple Pay, Visa et Mastercard