FITMASS
Passer au contenu

Le surentraînement : existe-t-il vraiment ?

On entend un peu tout et n'importe quoi concernant le surentraînement. Pendant que certains le définissent comme quelque chose à prendre très au sérieux, d'autres prétendent que tout ceci n'est que pure invention.

C'est à se demander s’il existe vraiment... je pratique la musculation depuis des années maintenant et d'après mon expérience, il peut se manifester sous différentes formes.

Aujourd'hui, je vous partage ce qu'est le surentraînement et comment y faire face !

Déjà le surentraînement, qu'est-ce que c'est ?

On pourrait le définir comme une période durant laquelle vous vous retrouvez de façon chronique, sous le seuil de récupération musculaire et nerveux.

Ce qui, par la suite, engendre un état de fatigue extrême. Autrement dit, vous imposez à votre corps un stress plus important que sa capacité de récupération.

À terme, votre corps vous le fera comprendre via l'apparition de différents symptômes :

  • Grosse fatigue générale
  • Chute brutale des performances
  • Baisse de la motivation
  • Prise ou perte de poids
  • Augmentation du stress

En clair, le surentraînement n’est pas quelque chose à prendre à la légère. Et vous vous doutez bien que plus vous tirez sur la corde, plus cette période de fatigue sera longue.

Cela nous montre plusieurs choses : le surentraînement existe vraiment, en voici la preuve. Également, il ne vient pas du jour au lendemain.

Il demande un certain temps et nécessite une grosse accumulation de fatigue pour commencer à pointer le bout de son nez. Donc, si vous pensez que vous êtes en surentraînement après seulement une semaine un peu plus intense que d'habitude… ça n’est probablement pas le cas !

Maintenant, comment prévenir le surentraînement et/ou comment y faire face ?

Les causes du surentraînement

Avant de vous expliquer ce qu’il faut mettre en place, résumons ensemble les causes potentielles du surentraînement :

  • Trop gros volume d’entraînement
  • S’entraîner avec des charges proches du 1RM trop souvent
  • Accumulation de stress importants
  • Accumulation de fatigue via une récupération non-optimisée

Vous pouvez commencer à observer les symptômes après plusieurs semaines ou même plusieurs mois, via une baisse de votre motivation à t’entraîner, de potentiels problèmes psychologiques avec en parallèle des performances altérées.

Un épuisement général s’instaure, tes tissus conjonctifs et tes articulations se dégradent. Une chute brutale de tes performances est également constatée.

Comment éviter le surentraînement ?

Pour éviter le surentraînement, ou pour le contrer si jamais certains symptômes sont constatés, voici ce que vous devez faire :

  1. Régulez ton intensité en fonction de ton objectif et de votre récupération
  2. Contrôlez votre surcharge progressive et adapte-la suivant votre progression
  3. Laissez suffisamment de repos pour le travail d’un même groupe musculaire
  4. Régulez votre sommeil et favorisez une alimentation saine pour optimiser votre récupération

En résumé, oui le surentraînement, ça existe. Il peut se manifester sous différentes formes. Et si vous constatez une baisse de motivation ou une accumulation de fatigue, ça ne veut pas nécessairement dire que vous êtes en surentraînement.

En revanche, il sera important de déceler le vrai coupable, en mettant en application les consignes que je t’ai présentées dans cet article ! Je suis sûr que vous y arriverez sans problème !

Accès illimité et immédiat

à ton programme

14 jours satisfait ou remboursé

pour une satisfaction maximale

Paiement 100% sécurisé

Amex, Apple Pay, Visa et Mastercard