FITMASS
Passer au contenu

Les conseils inutiles qu’on peut vous donner

Aujourd’hui, on rentre tout de suite dans le vif du sujet.

Est-ce que ça vous est déjà arrivé en salle de musculation de croiser un mec qui donnait des conseils à tout le monde alors qu’on ne lui a rien demandé ?

Et le souci, c’est que neuf fois sur dix, ces conseils de “musculation” sont absolument merdiques.

Excusez l’expression, mais c’est le cas.

Du genre : « Faites des séries 20 pour sécher ou faites du Larry Scott pour développer le bas du biceps », des trucs à dormir debout.

Eh bien, j’ai une mauvaise nouvelle.

Ces gars sont un petit peu moins présents en salle de musculation, et ont migré.

Ils ont migré sur internet, sur les réseaux sociaux, sur Instagram, sur YouTube.

Des gars qui n’ont aucune légitimité, le plus souvent aucun diplôme, mais qui se permettent de donner des conseils du genre : « La musculation, ce n’est pas compliqué. Nassim, tu nous emmerdes avec les tempos, la contraction volontaire, l’exécution parfaite. Tout ce qu’il faut c’est « pousser lourd. » »

Alors, tu en as qui sont un peu plus modérés, qui te disent qu’il faut pousser lourd avec une exécution pas trop mauvaise.

Mais est-ce que c’est un bon conseil ? La réponse, évidemment, est non.

Et aujourd’hui, je vais vous le prouver par A plus B, enfin, avec quelques petits dessins sur mon tableau blanc.

Et vous verrez que ça va être extrêmement clair et que la prochaine fois que vous rencontrez un mec qui ose vous dire : « La musculation, ce n’est pas compliqué, tout ce qu’il faut c’est pousser lourds », vous lui envoyez l’article d’abord et puis mettez-lui une petite calotte derrière la tête de ma part.

Qui a le droit de prodiguer des conseils en matière de musculation ?

Mais alors, dans ce cas-là, on peut se demander qui a le droit de donner des conseils, que ce soit en salle de musculation ou sur internet.

Est-ce qu’un diplôme vous permet automatiquement de donner des conseils ?

Et est-ce que le fait de ne pas avoir de diplôme vous empêche de donner des conseils ?

C’est plus compliqué que ça, parce qu’on a des gars diplômés qui donnent des conseils de merde, malheureusement, et on a des gars qui ne sont pas diplômés qui donnent des conseils tout à fait cohérents.

Donc, le diplôme ne fait pas tout, même si ça facilite les choses.

Dites-vous bien qu’un coach de musculation, ou en tout cas un bon coach sportif, saura s’adapter à toutes les situations, à tous les cas de figure. Que vous soyez débutants ou expérimentés, que vous soyez un homme ou une femme, que vous vouliez prendre du muscle ou perdre du gras, que vous ayez une bonne ou une mauvaise morphologie, un métabolisme long ou un métabolisme rapide, il saura vous proposer les solutions qui vous permettront de progresser plus rapidement.

Et ce qui me gêne avec ce conseil de « pousse lourd », c’est qu’il est trop général.

Il est trop vague pour servir à quelque chose.

En clair, ça ne sert à rien.

C’est comme si vous allez voir un nutritionniste, que vous vouliez perdre du poids, que vous lui demandiez des conseils et que le nutritionniste vous regarde droit dans les yeux et vous dit : « Tu veux perdre du poids ? Eh bien, mange équilibré. »

C’est un conseil qui ne sert à rien. Vous lui demandez immédiatement un remboursement.

Eh bien, c’est exactement la même chose avec le « pousse lourd ».

C’est un conseil qui peut marcher sur certaines personnes, il y en a certains qui ont effectivement progressé en poussant lourd, mais c’est tellement général qu’il ne vaut mieux pas l’utiliser. Quand on est un bon coach en tout cas.

Un conseil trop généralisé

Bon, trêve de bavardage.

Comme je vous l’ai dit juste avant, un bon coach sait s’adapter à tous les cas de figures. Que vous soyez débutants ou expérimentés, que vous ayez un bon ou un mauvais schéma corporel, il saura trouver les bonnes solutions.

Et ce qui me dérange avec le « pousse lourd », c’est que c’est tellement généralisé qu’effectivement ça peut marcher sur une petite proportion de la population, mais sur les autres ça peut être un conseil très dangereux et je vais vous expliquer pourquoi.

Ici, vous avez deux individus à la morphologie un petit peu différente.

Tout droit sorti de mon carnet où je vous ai fait un dessin !

On peut voir sur chaque individu de ce schéma :

  • le grand pectoral,
  • les clavicules,
  • l’humérus,
  • l’avant-bras,
  • un haltère dans chaque main.

Vous avez le premier individu qui a des clavicules longues et un humérus plutôt court.

L’humérus, c’est l’os du bras.

Le deuxième individu, il a les clavicules plus ou moins courtes, avec un humérus assez long.

Imaginons qu’on demande à ces deux individus de faire le même exercice de musculation avec la même charge de travail.

On va dire que c’est un développé couché parce qu’on a le grand pectoral de représenté sur le schéma.

Faites un effort d’imagination, même si la position ne correspond pas à un développé couché, essayez d’imaginer le truc.

Le premier individu, de par ses clavicules longues et son humérus court, va être mécaniquement avantagé.

Tout simplement parce que la distance entre l’insertion musculaire et le poids est plus ou moins réduite.

C’est ce qu’on appelle le bras de levier.

Encore une fois, je vulgarise, les connaisseurs ne m’insultez pas, j’essaie juste de simplifier au maximum pour que tout le monde puisse comprendre.

Le deuxième individu, quant à lui, va être mécaniquement désavantagé, de par ses clavicules courtes et son humérus long.

Tout simplement parce que la distance entre l’insertion musculaire et le poids va être relativement longue, ou en tout cas plus longue que celle du premier individu.

C’est-à-dire que même si ces deux individus utilisent la même charge de travail, pour ce deuxième individu mécaniquement désavantagé, le poids va paraître plus lourd que pour ce premier individu.

Mais alors concrètement, qu’est-ce que ça veut dire ?

Ça veut dire que si vous êtes mécaniquement désavantagé, de par votre morphologie sur un exercice de musculation, votre organisme va chercher à solliciter d’autres groupes musculaires pour faire en sorte que cet exercice soit plus facilement réalisable.

Donc, le deuxième individu du schéma, si jamais il prend trop lourd sur du développé couché, étant donné que son grand pectoral est désavantagé mécaniquement parlant, et bien son organisme va chercher à solliciter le deltoïde, les triceps pour faire en sorte que son développé couché soit plus facilement réalisable.

Est-ce que ça a du sens ? Je suis sûr que oui.

Alors que le premier individu, vu qu’il est avantagé mécaniquement parlant, quand il va faire du développé couché, qu’est-ce qui va se passer ?

Tout sur les pecs !

Donc, imaginez un moment que vous soyez dans le cas de figure du deuxième individu : pas forcément avantagé sur un développé couché et que vous ayez un pseudo coach d’internet qui ose vous dire : « La musculation, ce n’est pas compliqué. Il suffit de pousser lourd. »

Essayez de pousser lourd sur un développé couché, vous savez ce qui va se passer ?

Planche à pain au niveau des pecs, les épaules complètement ruinées, et un physique déséquilibré.

Et si vous lisez cet article c’est que vous avez probablement des problèmes à progresser en musculation ou que vous cherchez à progresser plus rapidement.

On n’est pas tous dans ce cas de figure.

Et même si vous êtes dans ce cas de figure, par exemple pour les pecs, si vous êtes mécaniquement avantagé pour les pecs, ce n’est probablement pas le cas pour tous les groupes musculaires.

Sinon, vous seriez Mister Olympia.

On a tous une morphologie différente, on a tous des insertions différentes, qui nous demandent de faire preuve d’un peu plus d’intelligence sur l’organisation de nos programmes de musculation et sur l’exécution de nos exercices.

Et c’est pour ça que j’essaye justement de transmettre des trucs comme les tempos d’exécution, la contraction volontaire, l’exécution parfaite.

En soi, ce ne sont pas des techniques miracles. Mais ce sont des techniques qui vont permettre, à ce genre de personnes qui ne sont pas forcément avantagées, d’améliorer leur capacité à maîtriser l’exécution et d’améliorer leur capacité à augmenter le recrutement musculaire sur des exercices où ils n’auraient pas forcément un avantage mécanique.

Et honnêtement les amis, je dois vous avouer que je suis un peu fatigué de tous ces pseudo coachs qui essaient de débiliser la musculation.

Ces gens qui essaient de vous faire croire que la muscu ce n’est pas si compliqué qu’il suffit de pousser lourd pour progresser. Alors que je viens de vous prouver que ce n’était pas forcément le cas.

Le mot de la fin

Moi ce que je veux en tant que coach, c’est m’occuper de ces personnes-là. Les personnes qui ont des difficultés à atteindre leurs objectifs. Je veux essayer de leur proposer les meilleurs outils possibles pour qu’ils puissent, justement, y voir plus clair et pour qu’ils puissent progresser plus rapidement.

Je n’essaie pas de vous perdre en vous parlant de bras de levier, d’insertion musculaire, de tempo d’exécution, de contraction volontaire, etc.

Au contraire, je pars du principe que vous êtes assez intelligent pour comprendre ce genre de choses et que sur le long terme vous puissiez appréhender la musculation différemment.

Et je ne pense pas faire fausse route en vous présentant ce genre de schéma et en essayant de rentrer un petit peu dans les détails de la musculation.

Je ne pense pas que ce soit trop complexe.

Et si jamais vous trouvez ça trop complexe, peut-être que ce n’est pas moi qui complexifie les choses. Peut-être que c’est vous qui avez besoin d’un effort de réflexion. Et je dis ça en tout bien, tout honneur, je ne veux manquer de respect à personne, mais je ne vois pas comment je peux faire plus simple que ça. D’ailleurs n’hésitez pas à me faire savoir ce qui vous pose problème en commentaire, je me ferai une joie de vous répondre.

Et je pense que la plupart d’entre vous apprécient que je rentre un petit peu dans les détails et qu’on fasse un effort de réflexion pour comprendre de quoi il est question lorsqu’on va faire notre séance de musculation.

Et de toute façon, ne vous inquiétez pas. Je ne changerai pas, je continuerai toujours sur cette route-là.

Vous m’entendrez toujours parler de tempos, de contraction volontaire, de qualité d’exécution. Vous m’entendrez toujours parler avec des termes techniques, que ça plaise ou non à ces pseudo coachs. Je pense que c’est la meilleure façon de faire.

OK les amis, c’est tout pour aujourd’hui.

J’espère que ça vous a plu, j’espère que vous avez tout compris. Donnez-moi vos impressions dans les commentaires, si effectivement vous trouvez comme moi que “pousse lourd”, c’est un conseil de merde. Et je vous dis à très bientôt !

Accès illimité et immédiat

à ton programme

14 jours satisfait ou remboursé

pour une satisfaction maximale

Paiement 100% sécurisé

Amex, Apple Pay, Visa et Mastercard