FITMASS
Passer au contenu

Pourquoi l’exécution est si importante ?

Les amis, salut à tous ! Vous l’avez vu dans le titre, aujourd’hui, on parle « qualité d’exécution ».

Pourquoi je suis aussi pénible avec l’exécution « parfaite » ou pourquoi je suis aussi attentif à l’exécution de mes mouvements alors que ce n’est pas toujours le cas de tous les pratiquants, et de tous les coachs aussi d’ailleurs ?

Est-ce qu’il y a une raison valable ou c’est juste pour faire l’intéressant ?

Vous imaginez bien que ce n’est pas uniquement pour faire l’intéressant, qu’il y a une raison valable, qu’il y a même plusieurs raisons valables, on va en parler aujourd’hui dans cet article.

Ça vous permettra aussi de comprendre un tout petit peu mieux ma façon de travailler et probablement d’envisager autrement votre pratique de la musculation.

Soyez attentif pour assimiler un maximum de choses parce qu’il va y avoir des informations très intéressantes.

Quel est l’intérêt de l’exécution parfaite ?

Pour ceux qui me suivent sur Instagram, vous savez que je poste très souvent plusieurs fois par semaine, voire même tous les jours, les exécutions des exercices que je fais dans ma séance de musculation.

Et à chaque fois que je poste mes exécutions, j’ai toujours des messages très sympas qui parlent de ma qualité d’exécution.

« Ton mouvement est parfait, ça fait plaisir de voir des mouvements qui sont bien effectués comme ça. »

C’est clair que ça fait toujours plaisir, mais je ne fais pas ça pour faire uniquement de jolies vidéos qui seront agréables à regarder et où je pourrais ramasser des compliments sur mon exécution.

La différence entre la force et l’hypertrophie

Voilà la première explication.

Vous savez, la musculation dans un objectif d’hypertrophie, lorsqu’on a envie de faire grossir ses fibres musculaires, c’est une pratique assez particulière et qui est très différente de la musculation qui serait pratiquée dans un objectif de performance.

C’est pour ça que la force athlétique et bodybuilding, ce sont presque deux pratiques différentes alors que l’on utilise un peu le matériel, c’est-à-dire des barres et des haltères.

Je serais même tenté de dire que ce sont deux activités complètement à l’opposé puisque l’une d’entre elles, la force athlétique ou le power lifting ou même l’haltérophilie sont basés sur la performance.

De ce fait, il faut être le plus efficace possible lorsque vous réalisez un mouvement.

Et quand je dis le plus efficace, ça veut dire soulever le plus de poids.

Alors que la musculation dans une logique d’hypertrophie, c’est l’inverse : il faut presque être le moins efficace possible.

Les différents types de recrutement musculaire

Tout ça, j’en avais parlé il y a quelques années déjà où je faisais la distinction entre recrutement intermusculaire et recrutement intramusculaire.

Les sports de performance sont basés sur le recrutement intermusculaire entre plusieurs muscles.

L’objectif d’un développé couché lorsque vous faites de la force athlétique ou d’un squat, c’est de solliciter le plus grand nombre de groupes musculaires possibles pour soulever la charge la plus lourde possible.

Alors que le bodybuilding, le culturisme ou la musculation dans un objectif d’hypertrophie, l’objectif est totalement inverse.

❓ C’est le recrutement intramusculaire, c’est d’utiliser un minimum de groupes musculaires pour effectuer une tâche pour être sûr que la tension mécanique soit la plus importante possible sur le groupe musculaire en question.

Traduction, lorsque vous faites un développé couché pour travailler vos pectoraux, vous n’avez pas envie que vos triceps et vos deltoïdes travaillent. Même exemple, lorsque vous faites du squat, si vous faites du squat pour travailler les quadriceps, vous n’avez pas envie de solliciter les fessiers ou le bas du dos.

Ça déjà, je pense que tout le monde sera d’accord avec moi.

Les différences entre pratiquants d’hypertrophie

Sauf que même lorsqu’on part de ce constat, il y a toujours deux écoles différentes.

  • Les pratiquants un peu bourrins, sans que ce soit péjoratif, qui s’en fichent un petit peu de l’exécution, qui veulent juste travailler en toute sécurité et soulever plus le lourd possible, alors qu’ils ont un objectif d’hypertrophie.
  • Et puis d’un autre côté, il y a les pratiquants dont je fais partie qui sont beaucoup plus attentifs à l’exécution.

Moi, je l’avoue, je suis complètement obsédé par l’exécution et je veux réellement isoler un groupe musculaire lorsque je fais un exercice. Que ce soit un exercice polyarticulaire ou mon articulaire.

Le problème d’une approche un peu plus “bourrin”, c’est le suivant : la musculation, ce n’est pas juste stimuler des fibres musculaires, c’est aussi récupérer d’un effort pour que le processus de récupération musculaire puisse avoir lieu et donc faire grossir ses fibres musculaires.

La récupération

Si on n’avait pas besoin de récupération, on s’entraînerait 7 jours sur 7, 2 heures par jour et on continuerait à progresser, sauf que ce n’est pas le cas.

Le problème des pratiquants qui vont un peu comme des bourrins et qui ne sont pas trop attentifs à la qualité d’exécution, c’est que lorsqu’ils ont effectué par exemple une séance pectoraux où ils feront du développé couché, du développé décliné, des dips et des écartés couchés, ils n’auront pas seulement fatigué les fibres musculaires du grand pectoral, mais ils auront également fatigué les fibres musculaires des triceps et des deltoïdes.

Et le problème de tout ça, c’est que si après avoir travaillé les pecs ils ont envie de travailler justement les deltoïdes et les triceps ou que le lendemain, ils ont envie de travailler les deltoïdes et les triceps, ils sont obligés de prendre en compte cette récupération, cette fatigue qui a été accumulée pour que toutes les variables soient bien sélectionnées.

Et c’est ça le problème en fait. C’est ça qui me dérange lorsque l’exécution n’est pas très bonne. C’est qu’il y a trop de dommages collatéraux et que ces dommages collatéraux peuvent avoir une répercussion négative sur votre capacité à récupérer.

Du coup, vous serez obligé de vous entraîner soit moins souvent soit avec un volume d’entraînement moins important.

Et qui dit fréquence et/ou volume d’entraînement moins important dit aussi progression plus lente.

L’avantage de maîtriser son exécution

Si je peux m’entraîner 7 jours sur 7 sans avoir de problèmes en termes de récupération musculaire, c’est d’une part parce que j’ai l’habitude et que mon programme est bien structuré. Mais surtout que mon obsession pour l’exécution parfaite fait que j’ai une approche chirurgicale.

Et lorsque je travaille les pectoraux par exemple, mes deltoïdes et mes triceps n’interviennent pas ou que très peu. Parce qu’on est d’accord que c’est impossible d’isoler à 100 % un groupe musculaire. Surtout sur un exercice polyarticulaire.

Mais là où moi sur un développé couché, je vais utiliser 85 % de pectoraux, 7 % de triceps et 7 % de deltoïde, un autre pratiquant qui serait moins attentif à la qualité d’exécution va peut-être utiliser 60 % de pectoraux, 20 % triceps, 20 % deltoïdes. À vous de faire le calcul.

Et même si le pratiquant qui est moins attentif à l’exécution peut utiliser des charges plus lourdes, eh bien, non seulement il n’aura pas un recrutement musculaire plus important sur le grand pectoral, mais en plus les dommages collatéraux vont faire que les triceps et les deltoïdes ne pourront pas récupérer comme ils le devraient.

Voilà ce qui m’encourage en fait à avoir des exécutions aussi cadrées.

C’est dans un désir d’isolation la plus totale possible parce que cette isolation va éviter la sollicitation d’autres groupes musculaires que je vais pouvoir mieux gérer ma fatigue et du coup, m’entraîner plus souvent, plus longtemps, sans m’inquiéter de basculer dans le surentraînement ou sans m’inquiéter de ne pas avoir travaillé assez tel ou tel groupe musculaire.

Le vrai problème de l’exécution parfaite

Le problème de cette exécution parfaite, c’est que ça demande beaucoup d’entraînement.

Il y a une différence entre un squat est un très bon squat, il y a une différence entre des tractions et de très bonnes tractions et il y a une différence entre un développé couché un très bon développé couché.

Ça déjà, ça décourage beaucoup de pratiquants.

L’ego lifting

Et le deuxième problème, celui qui pour moi dérange le plus de pratiquants, c’est l’ego lifting.

C’est que, évidemment, en ayant une exécution plus cadrée, en essayant d’isoler au maximum un groupe musculaire, vous serez obligés d’utiliser des charges moins importantes.

Et pour les mecs qui sont obsédés de faire des séries de 20 tractions, alors que toutes leurs tractions sont mauvaises ou du développé couché aux haltères avec des haltères de 50 kilos alors qu’il y a zéro stimulation des pectoraux, eh bien, ça leur fait mal au cœur de devoir diviser leur charge de travail par deux pour être sûr d’avoir une bonne stimulation.

Sauf que ces pratiquants-là oublient que la réduction de la charge de travail, c’est quelque chose de temporaire et qu’avec l’expérience on arrive très rapidement à récupérer de bonnes charges de travail.

Regardez mon exemple, je ne fais pas du développé couché aux haltères avec deux haltères de 20 kilos, mon couché aux haltères, je le fais toujours avec des haltères de 50kg.

Je ne suis quand même pas le plus mauvais au squat. Mes tractions, elles sont propres, mais en plus, il y en a plusieurs, il n’y a pas que deux ou trois.

Avec un peu de patience, on se rend compte qu’on peut très bien associer très bonne qualité d’exécution et performance tout à fait honorable.

La beauté du geste

La deuxième raison qui fait que je suis aussi attentif à l’exécution, c’est tout simplement parce que ça me plaît.

Ça me plaît d’avoir quelque chose à améliorer et quelque chose sur quoi je dois être attentif au fur et à mesure des séances, des semaines, des mois et des années.

La musculation, j’ai bien compris que c’était avant tout du dépassement physique, mais aussi du dépassement mental.

Mais moi, ça ne m’amuse absolument pas de faire des mouvements mauvais, en demi-amplitude avec des charges très lourdes juste pour dire que j’arrive à le faire.

Pour moi, ça n’a pas de sens.

J’apprécie l’aspect maîtrisé tout comme par exemple un pratiquant de sports de combat ou un boxeur répèteraient des milliers et des milliers de fois un mouvement alors qu’ils le maîtrisent déjà très bien juste dans le but de devenir réellement un expert et de faire de ce mouvement une deuxième nature.

C’est ça aussi qui me motive, c’est cette sensation de contrôle et l’association entre maîtrise totale de l’exécution, mais aussi dépassement physique et mental.

Et ça, je peux comprendre que tout le monde ne puisse pas partager ce point de vue là, encore heureux, on ne fait pas tous de la musculation pour les mêmes raisons. Les goûts et les couleurs, ça ne se discute pas.

Mais quand on associe les deux raisons, cette volonté d’isoler sans faire de dommages collatéraux et de maîtriser un mouvement comme un karatéka 10e Dan, eh bien, on voit en fait que cette volonté d’avoir une exécution parfaite elle est quand même plutôt cohérente.

Le mot de la fin

Moralité, vous faites ce que vous voulez, mais si vous avez un objectif d’hypertrophie, dites-vous bien que votre qualité d’exécution aura non seulement une répercussion sur la stimulation musculaire au moment de votre séance, mais réduira aussi les dommages collatéraux, ce qui fera que vous pouvez vous entraîner plus souvent avec un volume d’entraînement plus important.

De ce fait, sur les moyen et long termes, vous pourrez progresser plus rapidement.

Votre exécution n’a pas besoin d’être parfaite, moi, je suis un peu un psychopathe du mouvement parfait, mais je comprends que vous preniez quelques libertés.

Ceci dit, on surestime souvent la qualité de ses exécutions et à l’occasion filmez-vous pour voir un petit peu ce que ça donne et quelles modifications vous pourriez être en mesure de faire.

Dites-moi ce que vous en pensez dans les commentaires, ça m’intéresse d’avoir votre avis si vous êtes plutôt bourrins ou comme moi délicats avec une approche chirurgicale.

On pourra continuer à discuter de tout ça.

Les amis, merci pour votre attention. J’espère que l’article vous a plu !

On se retrouve très vite pour un prochain article.

Accès illimité et immédiat

à ton programme

14 jours satisfait ou remboursé

pour une satisfaction maximale

Paiement 100% sécurisé

Amex, Apple Pay, Visa et Mastercard