FITMASS
Passer au contenu

Répétitions trichées ou partielles ?

Aujourd’hui, on va parler d’entraînement.

Et j’ai décidé de vous faire part d’un sujet qui me paraissait intéressant :

Est-ce qu’à la fin d’une série, il vaut mieux utiliser des répétitions trichées ou des répétitions partielles ?

Le but étant d’épuiser le muscle au maximum, pour déclencher le processus de croissance musculaire.

Donc, est-ce qu’il vaut mieux tricher pour rajouter quelques répétitions, ou est-ce qu’il vaut mieux réduire l’amplitude pour augmenter le temps sous tension ?

Je ne vais pas vous le cacher, j’ai une réponse bien tranchée sur le sujet.

Et je pense qu’il ne faut absolument pas utiliser des répétitions trichées.

C’est la meilleure façon de se blesser, et ce n’est pas la meilleure façon pour continuer à recruter un maximum de fibres musculaires.

Pour vous illustrer un peu ma façon de penser, on va regarder concrètement comment ça se passe sur quelques exercices bien précis.

Et on va commencer par celui qui est le plus massacré en salle de sport.

Le curl debout effectué à la barre

Vous venez de finir votre série de 10 répétitions avec une exécution stricte, mais vous avez envie de continuer un petit peu la série pour essayer d’épuiser au maximum votre groupe musculaire.

Et ce n’est absolument pas une mauvaise idée.

On pourrait dire dans une certaine mesure que les répétitions trichées sont un certain type de répétitions partielles, parce que vous allez utiliser tellement de groupes musculaires que le biceps ne va en fin de compte, intervenir que sur une toute petite partie du mouvement.

Le problème, c’est que vous allez augmenter le risque de blessure.

Vous avez l’illusion d’avoir une amplitude complète parce que vous balancez le mouvement, et vous balancez la barre en quelque sorte...

Mais en réalité, le biceps ne va intervenir que sur une toute petite partie du mouvement.

Donc tant qu’à faire, pour réduire le risque de blessure, augmenter la tension continue et le temps sous tension, autant réduire l’amplitude du mouvement, et n’utiliser qu’une toute partie pour faire en sorte d’épuiser toutes les réserves du muscle en question.

Et n’allez pas imaginer que les répétitions partielles vont développer votre muscle d’une façon incomplète, parce que ce n’est pas vrai.

Et de toute façon, vous avez effectué juste avant 10 répétitions avec une exécution stricte et une amplitude complète.

Donc, les répétitions partielles à la fin de votre série, à mes yeux, c’est une excellente technique d’intensification au même titre que les super sets ou les séries dégressives.

On va quand même jeter un œil à un deuxième exercice qui est au moins autant massacré que le curl biceps.

Le tirage poitrine pour le grand dorsal

Pourquoi vous allez vous embêter à compenser avec les lombaires, avec les trapèzes, avec les biceps, avec les avant-bras, tout ça parce que vous cherchez coûte que coûte à descendre la barre au maximum ?

C’est clairement pas une bonne idée !

Réduisez l’amplitude quitte à ne faire que 10 centimètres du mouvement.

Ne vous embêtez pas pour les mouvements complets, vous avez fait 10 répétitions avec une belle exécution.

Réduisez l’amplitude, réduisez le risque de blessure, augmentez la stimulation musculaire, et là, vous avez tout compris !

Le mot de la fin

Ce qui est intéressant dans les conseils que je viens de vous donner, c’est que vous pouvez les utiliser sur tous les exercices :

  • sur des élévations latérales pour les épaules,
  • de la barre au front pour les triceps,
  • des extensions pour les quadriceps,
  • du leg curl pour les ischios...

Vous pouvez l’appliquer sur tous les groupes musculaires !

Et non seulement vous ne risquez absolument pas de vous blesser, mais en plus vous améliorez la stimulation, vous augmentez le recrutement des fibres musculaires...

Et ça, c’est exactement ce qu’on cherche.

Accès illimité et immédiat

à ton programme

14 jours satisfait ou remboursé

pour une satisfaction maximale

Paiement 100% sécurisé

Amex, Apple Pay, Visa et Mastercard